Parti Progressiste Guyanais

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Et, arrive l'an 2018

Envoyer Imprimer PDF
Alors, citoyens un petit effort. Les fêtes de fin d’année annoncent la fin d’un cycle et le commencement d’un nouveau. Que fêtons-nous ? La mort ou la naissance. Si on en juge par l’expression usitée, on serait plus enclin à dire qu’on fête la mort. Pour certains, parce qu’ils sont satisfaits de l’année écoulée et qu’ils veulent lui être reconnaissants. Pour d’autres parce qu’il était temps qu’elle se termine dans l’espoir d’un nouveau cycle meilleur. En regardant le monde, la deuxième catégorie apparaît plus volumineuse. Quant à notre territoire ; la Guyane, les indicateurs montrent qu’il est temps de passer à autre chose.  
Mise à jour le Dimanche, 31 Décembre 2017 21:26 Lire la suite...
 

Le Congrès du Peuple

Envoyer Imprimer PDF

Il y a quelques mois, en une journée, le 28 mars 2017, la Guyane entrait dans l’Histoire par les canaux médiatiques internationaux et les réseaux sociaux. Plus de 50 000 personnes, sur une population évaluée officiellement à 252 338 habitants, étaient descendues dans les rues dans les principales villes comme Cayenne, Saint-Laurent du Maroni, Kourou, pour exprimer leur ras-le-bol de la gouvernance actuelle et la négligence de l’État à leur encontre. C’est près de 20% de la population qui s’est mobilisé. Sur la détermination et sur le fond de la situation, c’était le SELMA guyanais. Cette imposante marche a légitimé  « L'accord de Guyane » qui a été publié au journal officiel de la République. Au nom de la continuité de l’État, tous les Gouvernements successifs sont légalement liés à cet accord sauf à considérer que ce moment de démocratie et de légitimité est similaire à la période de Vichy et qu'il n'est qu'une parenthèse dans l'Histoire de la France Hexagonale. Cette prise de pouvoir momentané du peuple a relayé au rang de va-nu-pieds ceux qui prétendaient avoir la légitimité pour parler au nom du peuple. Le peuple les a fait taire au su et au vu du monde et il s’est exprimé. Par le biais du collectif «Pou La Gwiyann Dékolé », il a exigé un Congrès pour la mise en place de « L'accord de Guyane ». En conséquence, le mot d’ordre est tout simplement  « L'Accord de Guyane ». C’est la seule revendication légitime.

Mise à jour le Dimanche, 08 Octobre 2017 13:02 Lire la suite...
 

Irma le vent déchaîné appelé Ouragan

Envoyer Imprimer PDF

texte écrit le 10 septembre 2017

Ce phénomène naturel parmi d’autres n’est pas le seul à nous pousser à l’interrogation. La mort nous met en conscience avec le temps fini, la fin d’une conscience humaine, la réalité d’une matière inerte qui deviendra putréfaction. Elle est pour celui qui vit la fin de vie une source de réflexion. Quel est le sens de la vie, quelle leçon en tirer, quelle résolution adoptée individuellement face à elle. Enfin, comment partager cette réflexion avec les autres s’ils ne considèrent pas la mort de la même manière que soi.

Mise à jour le Dimanche, 17 Septembre 2017 13:25 Lire la suite...
 

Notre conférence de ce jour

Envoyer Imprimer PDF

Lorsque les ouragans passent et sèment les ravages que l'on sait, on constate l'impuissance des humains face à la désolation qu'ils produisent. On pleure les morts, on compte les blessés et les survivants recommencent à croire en l'avenir. C'est une catastrophe naturelle qui fait partie de notre existence. Lorsque ce sont les hommes qui au nom de la pseudo représentativité qui font les ravages d'un ouragan sur un territoire et qui le rendent sinistré, ce n'est pas une catastrophe naturelle. Il appartient à ceux qui souffrent et à ceux qui ont pris conscience de se mobiliser pour mettre un terme à ce décrochage existentiel.

Mise à jour le Mercredi, 20 Septembre 2017 01:21 Lire la suite...
 

Ca Suffit !!!

Envoyer Imprimer PDF
Les élections législatives 2017 du premier tour, un 10 juin, jour de commémoration des victimes de l’esclavage ont permis de constater que plus de 75% des électeurs s’est abstenu. Cette journée de souvenir n’est en rien responsable de ce défi démocratique. Elle n’est même pas à la hauteur de l’événement historique. Le mal est beaucoup plus profond et je veux vous l’exprimer. Peu importe que certains puissent penser que ma démarche est subjective, c’est ainsi que je veux la concevoir. A travers le prisme de l’histoire. Je suis convaincu qu’en tant qu’être humain, je dispose de tous les attributs de la dignité.
Mise à jour le Vendredi, 16 Juin 2017 23:40 Lire la suite...
 


Page 5 sur 20

Lisez librement...

Et si le peuple disait oui par Jean-Marie TAUBIRA

Ecoutez Librement...

Syndication