Parti Progressiste Guyanais

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Vœux de Richard Jules JOIGNY

Envoyer Imprimer PDF
Par ces temps si agités, je me permettrai, tout d’abord de prononcer des vœux d’apaisement. Il est vrai que l’unité est plus un idéal qu’un objectif palpable mais la fraternité, l’humanisme, la solidarité sont des valeurs, que je sais, partagées par chaque guyanaises et chaque guyanais
Lire la suite...
 

Vœux de Richard Jules JOIGNY

Envoyer Imprimer PDF
Par ces temps si agités, je me permettrai, tout d’abord de prononcer des vœux d’apaisement. Il est vrai que l’unité est plus un idéal qu’un objectif palpable mais la fraternité, l’humanisme, la solidarité sont des valeurs, que je sais, partagées par chaque guyanaises et chaque guyanais
Lire la suite...
 

Elections Législatives 2éme Circonscription annulées

Envoyer Imprimer PDF
La France est souvent, par l'intermédiaire de ses représentants, observatrice dans les élections sur des territoires étrangers. Ce mandat, elle l'obtient de l'ONU. On pourrait le dire autrement. La France est considérée comme un grand pays démocratique. Sa technique, ses méthodes sont éprouvées. Par suite, elle peut être considérée comme exemplaire. Sa République composée d'un corps de vertus dont la dignité humaine a tout pour rassurer. Cela lui donne le droit de participer à la police des élections hors de ses frontières. Vu de l'extérieur, le concept de ses institutions est confondu au réel. Ainsi, le sens commun qui se dégage de cette construction conduit à penser que très  majoritairement l'on ne peut être une chose et son contraire. Par exemple, l'on ne pourrait épouser la vérité et dans le même temps cultiver le mensonge. Bien entendu, la relativité du sens commun est liée au concept institutionnel.
 
Mis à jour ( Mardi, 16 Janvier 2018 23:56 ) Lire la suite...
 

Mon esprit, nos responsabilités, notre galaxie

Envoyer Imprimer PDF
J'ai pris quatre jours de congés et j'ai décidé de couper avec l'activité professionnelle et de penser à autre chose qui soit moins rationnelle. Par le présent article, je vais tenter de vous tracer l'itinéraire vagabond de mon esprit. Auparavant, il y a bien quelque chose qui m'a conduit à faire ce choix. Sans nul doute c'est la nature du mouvement au sein de notre société guyanaise qui m'a fait me planter là et essayer de comprendre le sens de notre existence. Avec une certaine précision, je vous communique les éléments, source de ma réflexion. Il y a l'éveil collectif de milliers de personnes le 28 mars 2017 puis, le calme plat. Forcément, on s'interroge sur la permanence de la conscience. Des évidences qui n'en sont pas pour nombre d'élus qui continuent à fonctionner de la même manière, comme si la vitesse avec laquelle la société se délite n'est pas suffisante. Des réflexes communautaires qui sapent la cohésion sociale et empêchent l'unité du peuple en nourrissant bien sûr l'organisation technico-sociale imposée, le regard identique de tous les courants politiques de l’hexagone sur notre territoire. Enfin, le réveil de certains intellectuels plutôt anonymes qui expriment spontanément, sur certains réseaux sociaux, leurs exaspérations face au système. Alors, je me suis dit que nous sommes singuliers comme tous les humains de la planète, que notre singularité si nous ne l'altérons pas par des contre-vérités, par un complexe d'infériorité, devrait nous permettre de nous assumer, de nous réaliser et d'être performant dans ce que nous entreprenons. D'autre part, elle ne nous oblige pas à l'exil au prétexte de sociétés plus complexes donc plus nourrissantes intellectuellement. Cette singularité nous oblige à complexifier notre environnement pour le rendre plus attrayant. Ainsi donc, le rêve éveillé peut commencer.
Mis à jour ( Mardi, 16 Janvier 2018 23:51 ) Lire la suite...
 

Et, arrive l'an 2018

Envoyer Imprimer PDF
Alors, citoyens un petit effort. Les fêtes de fin d’année annoncent la fin d’un cycle et le commencement d’un nouveau. Que fêtons-nous ? La mort ou la naissance. Si on en juge par l’expression usitée, on serait plus enclin à dire qu’on fête la mort. Pour certains, parce qu’ils sont satisfaits de l’année écoulée et qu’ils veulent lui être reconnaissants. Pour d’autres parce qu’il était temps qu’elle se termine dans l’espoir d’un nouveau cycle meilleur. En regardant le monde, la deuxième catégorie apparaît plus volumineuse. Quant à notre territoire ; la Guyane, les indicateurs montrent qu’il est temps de passer à autre chose.  
Mis à jour ( Dimanche, 31 Décembre 2017 21:26 ) Lire la suite...
 
Plus d'articles...


Page 1 de 17

Lisez librement...

Et si le peuple disait oui par Jean-Marie TAUBIRA

Ecoutez Librement...

Syndication